Dernière mise à jour : 26 mai 2017

Ouest-France 27 janvier 2017 BretagneFrance

Moréac. Quand des blocs de glace tombent des éoliennes

« Stockée sur les pales, la glace est ensuite projetée à plusieurs centaines de mètres lors du dégel. Il y en avait partout sur la route, dans les fossés, dans les champs, autour et sous les éoliennes. »

Morceau de glace
Un morceau de glace tombé d’une éolienne et trouvé par Noël Le Breton. (Photo : Ouest-France)

Noël Le Breton, président de l’association Vent de panique 56, a eu la surprise de voir des morceaux de glace multicouches de parfois 10 cm d’épaisseur et de 15 à 30 cm de long, sur la route, mercredi matin. Ils ont été projetés par les éoliennes.

Il ne fait pas bon de se promener près d’une éolienne quand les températures descendent en dessous de zéro degré comme ces derniers jours.

Noël Le Breton, président de l’association Vent de panique 56, l’a constaté mercredi matin. « J’avais appris qu’il y avait des travaux de maintenance sur le parc éolien moréacois. Je suis allé y faire un tour… »

De 15 à 30 cm de long

Arrivé sur place, Noël Le Breton a eu la surprise de voir la route jonchée de morceaux de glace, près de l’éolienne n° 4, entre Castello et Kerop, et sur la route reliant Talhouët-Pour et Sulniac, près de l’éolienne n° 7. Des morceaux de glace multicouches de parfois 10 cm d’épaisseur et de 15 à 30 cm de long, formée par plusieurs jours de brouillard et de gel.

« Il y en avait partout »

« Stockée sur les pales, la glace est ensuite projetée à plusieurs centaines de mètres lors du dégel. Il y en avait partout sur la route, dans les fossés, dans les champs, autour et sous les éoliennes », relate-t-il.

Avec Anne-Marie Robic, de l’association SPPEF (Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France), Noël Le Breton réclame depuis un certain temps « qu’un périmètre de sécurité infranchissable soit établi autour des éoliennes. Un simple panneau de mise en garde ne suffit pas. Imaginez une voiture ou un promeneur qui passerait par là au moment où la glace se détache… »