Dernière mise à jour : 16 octobre 2017

Claude Brasseur 14 mars 2015 BelgiqueBelgique

Éoliennes : un préjudice irréparable

« Une étude pourrait être faite – étude qui découle des études de la NASA – et qui reléguerait les éoliennes industrielles à plusieurs kilomètres des habitations. »

Troisième âge et éoliennes
Personnes du troisième âge exposées aux éoliennes

Par Claude Brasseur,
mathématicien, chercheur, et fondateur d’un centre de recherche sur les énergies renouvelables

Malheureusement, quand une politique a été commencée par des politiciens dans l'émotion « Kyoto », il est trop souvent impossible de la changer ensuite. Le changement est d'autant plus difficile que des lobbies richissimes ont les moyens d'influencer un public « de bonne foi »... de contourner des décisions du Sénat ! Contre vents et marées, des milliers d'éoliennes continuent à être dans les « starting block ».

Claude Brasseur
Claude Brasseur

Le Sénat est sensible aux problèmes sanitaires causés par les éoliennes industrielles et des décisions politiques utiles aux citoyens doivent pouvoir être prises par des décideurs sachant à quel point les éoliennes sont nocives.

N'oublions pas, avant tout, que le Kwh éolien est monstrueusement cher à produire et que le prix de l'énergie conditionne notre survie économique. Sa production intermittente a lieu dans la fantaisie la plus totale et engendre une pollution atmosphérique inacceptable dès qu'il y a beaucoup d'éoliennes. C'est le cas au Danemark et en Allemagne où de la lignite – oui, de la lignite !! – accompagne les éoliennes intermittentes.

Mais il y a pire. Dès 1982, la NASA – qui a testé les premiers prototypes d'éoliennes géantes – épingle la gravité de la pollution infrasonore des éoliennes industrielles sur plusieurs kilomètres. Le lobby éolien industriel a réussi à créer un écran de fumée autour de ces études. Selon lui, les éoliennes industrielles géantes produiraient si peu d'infrasons que cela ne vaut pas la peine de s'en occuper. Le Professeur Huart de l'Université Libre de Bruxelles (14/) jette un flou peu scientifique sur la question : « Les infrasons... sont... non perçus par l'oreille. » et « Au-delà de quelques mètres les infrasons du bruit des éoliennes sont très vite inaudibles. »

Une étude pourrait être faite – étude qui découle des études de la NASA – et qui reléguerait les éoliennes industrielles à plusieurs kilomètres des habitations. Il s'agit de comparer la durée de séjour moyen des personnes du 3e âge dans des institutions exposées aux champs d'éoliennes. Plus précisément la durée de séjour avant l'installation des éoliennes et après et ceci dans un rayon de 10 km par exemple.

Si les statistiques ainsi établies ne sont pas trafiquées (1) et si elles témoignent d'un raccourcissement de la fin de vie des personnes du 3e âge, de graves problèmes sanitaires ou d'une fuite systématique vers d'autres homes, nous disposerons d'une preuve irréfutable. Bien entendu, si les personnes âgées sont les plus fragiles – avec les enfants – il n'y a pas que leur santé qui est en cause mais aussi celle de toute la population.

Il n'y a pas que les études de la NASA et celle qui serait « à faire » ! Il y a des études et décisions plus actuelles montrant la dangerosité des infrasons d'éoliennes.

Il y a aussi plus de 20 rapports « scientifiques » certifiant l'innocuité totale des éoliennes. Dans la quasi totalité des cas, les travaux des experts ne mesurent pas et, surtout, n'étudient pas les effets des infrasons qui sont la principale production des éoliennes industrielles et se limitent aux sons dont on peut se protéger et que la distance atténue vite. Mieux encore : la « Bayerisches Landesamt » (6/) innocente les éoliennes, conclut que l'on peut vivre sainement dans le « vacarme » infrasonore... et, en même temps, la Bavière décide de repousser les éoliennes industrielles à 2 km des habitations. Étrange.

La population danoise est la plus exposée, elle a obtenu un moratoire sur l'installation d'éoliennes, moratoire qui devait être décidé mais n'est pas décidé par l'Europe ! Le docteur Mariana Alves-Pereira insiste sur les effets à long terme des infrasons d'éoliennes industrielles. (11/) Elle a obtenu le démontage d'un parc (2). Déjà en 2009, le docteur Nina Pierpont a publié « Le syndrome éolien ». Elle prouve que, selon les critères d'études médicales, les populations soumises aux éoliennes industrielles ont des problèmes sanitaires qui se développent au fil du temps. (7/)

Bref, il est facile de s'assurer des effets des infrasons des éoliennes sur la population. Des politiciens responsables ont le pouvoir de demander cette enquête facile et quasi gratuite. On peut se contenter d'examiner les travaux déjà réalisés, on peut faire l'étude statistique proposée et beaucoup d'autres... si rien n'est fait, un préjudice irréparable pour la population risque de perdurer! (3) La justice sera alors amenée à sanctionner...

(1) Trop d'études le sont : on présente par exemple un petit bout de courbe, on extrapole et le tour est joué... pas pour un mathématicien.

(2) Il faut effectivement les démonter car, à l'arrêt, elles produisent autant de nuisance mais pas les mêmes fréquences. La « wind turbine signature » disparaît.

(3) Il risque fort de perdurer. La Fontaine faisait déjà remarquer que « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » Une illustration bien connue : les Certificats Verts supprimés du photovoltaïque des citoyens, les Certificats Verts garantis aux promoteurs éoliens en Belgique.

Liste non exhaustive des documents consultés, dans l'ordre chronologique de parution :

1/ NASA Technical Memorandum 83288, Guide to the evaluation of human exposure to noise from large wind turbines, March 1982

2/ NASA Contractor Report 172482 Response measurements for two building structures excited by noise from a large horizontal axis wind turbine generator, November 1984

3/ D.S.Nussbaum, S.REINIS, Some individual differences in human response to infrasound, Insitute for Aerospace Studies, University of Toronto, January 1985

4/ Acoustic Noise Associated with the MOD-1 Wind Turbine : its Source, Impact and Control, Prepared for the U.S. Department of Energy, February 1985

5/ J.Chatillon, Limites d'exposition aux infrasons et aux ultrasons, INRS, 2006

6/ Bayerische Landesamt für Umwelt, Bayerische Landesamt für Gesundheit und Lebensmittelsicherheit, Eoliennes : les infrasons portent-ils atteinte à notre santé ? Présenté par INRS 2e trimestre 2006

7/ Nina Pierpont, MD, PhD, Le Syndrome Eolien : un rapport sur une expérimentation naturelle, décembre 2009 (traduction autorisée et approuvée par l'auteur)

8/ Carl V. Phillips, Properly Interpreting the Epidemiologic Evidence About the Health Effects of Industrial Wind Turbines on Nearby Residents, Bulletin of Science, Technology & Society, 2011

9/ Rand Acoustics, Brunswick, ME, A Cooperative Measurement Survey and Analysis of Low Frequency and Infrasound at the Shirley Wind Farm in Brown County, Wisconsin, decembre, 2012

10/ Steven Cooper, Cape Bridgewater Wind Farm Acoustic Study, january, 2014

11/ Dr.Mariana Alves Pereira, How to test for the effects of low-frequency turbine noise, Lusofona University, Portugal, February 2014

12/ Robert Y McMurtry, Carmen ME Krogh, Diagnostic criteria for adverse health effects in the environs of wind turbines, JRSM Open, October 2014

13/ Denise Wolfe, Review of the Health Canada Wind Turbine Noise and Health Study, November 2014

14/ L'énergie éolienne en Wallonie. Est-ce que les éoliennes émettent des infrasons nocifs pour la santé ? APERE asbl, reponsable : Professeur Huart, mars 2015

Par Claude Brasseur | 14 mars 2015