Dernière mise à jour : 20 mars 2019

Le Figaro 26 février 2019 France

La France bat son record d’exportation d’électricité

Des dizaines de milliers de mégawatts ont été acheminés vers l’Italie et l’Espagne, où la production éolienne a été ralentie par les conditions anticycloniques.

17.415 mégawatts ont été exportés vers l’Italie et l’Espagne. (141390784/peterschreiber.media - stock.adobe.com)

Par Frédéric de Monicault

À circonstances exceptionnelles, performances exceptionnelles. Vendredi en milieu d’après-midi, sous la double impulsion d’une météo très clémente pour la saison et d’un parc de production en ordre de marche pour passer l’hiver, la France a exporté de l’électricité comme jamais : une pointe de 17 415 mégawatts (MW) (environ le quart de la consommation instantanée en France) a été acheminée en priorité vers l’Italie et l’Espagne, selon les données communiquées par Réseau de transport d’électricité (RTE). Dans ces deux pays, les conditions anticycloniques ont considérablement ralenti la production éolienne. Pour compenser ce manque, et plutôt que de lancer leurs centrales thermiques, nos deux voisins ibérique et transalpin ont préféré se tourner vers la France et son électricité nucléaire meilleur marché. Ce n’est pas pour autant qu’EDF a fait des affaires en or : ses livraisons s’effectuent à des prix de marché — toute la plaque européenne étant désormais interconnectée — aux alentours de 50 euros le mégawattheure (MWh), en France.

« Avec la météo printanière de ces derniers jours, nous sommes sur le même rythme de consommation qu’au mois d’avril, souligne Jean-Paul Roubin, le directeur de l’exploitation chez RTE. Grâce aux interconnexions avec nos voisins, le surplus de production est exporté et permet aux Européens de bénéficier d’une électricité décarbonnée au moindre coût. » À titre indicatif, les pointes de consommation ne dépassent pas actuellement 55 000 MW, contre près de 75 000 l’année dernière à la même époque.

Article du Figaro — 26 février 2019