Dernière mise à jour : 12 décembre 2017

« De nombreux maires et conseillers municipaux français agiraient illégalement : ils votent, donnent leur feu vert à l'implantation d'éoliennes sur leur commune tout en ayant un intérêt personnel dans le dossier.

Ils toucheront parfois des loyers pour avoir accepté l'installation d'une éolienne sur leur propriété privée. Un véritable revenu supplémentaire pouvant aller de 1000 à 10 000 euros par an. »

France Inter26 septembre 2014FranceFrance

Éoliennes : prises illégales d'intérêts d'élus locaux

Le Service Central de Prévention de la Corruption tire la sonnette d'alarme. Le SCPC dénonce des dizaines d'affaires de prise illégale d'intérêts autour de l'éolien.

Le nord, le sud, le centre, l'est : toute la France est concernée alors que le gouvernement prévoit de doubler le parc éolien existant d'ici 2020.

Extrait de l'émission Secrets d'Info | France Inter | 26 septembre 2014

Le reportage de Claire Chaudière se situe au cœur d'une petite commune rurale de Basse-Normandie. Direction Saint-Georges-d'Annebecq, 140 habitants, dans l'Orne, aux portes du Pays d'Auge, où plusieurs élus d'un même conseil municipal ont été poursuivis pour prise illégale d'intérêts. Entre amertume et confidence, les habitants de cette commune déchirée par un projet éolien racontent.

Selon le SCPC, le Service Central de Prévention de la Corruption (qui dépend du ministère de la Justice), le cas de Saint-Georges-d'Annebecq ne serait pas un cas isolé. En effet, de nombreux maires et conseillers municipaux français agiraient illégalement : ils votent, donnent leur feu vert à l'implantation d'éoliennes sur leur commune tout en ayant un intérêt personnel dans le dossier. Ils toucheront parfois des loyers pour avoir accepté l'installation d'une éolienne sur leur propriété privée. Un véritable revenu supplémentaire pouvant aller de 1000 à 10 000 euros par an.

Pour les associations opposées à la filière éolienne, c'est toute une industrie qui est en train de se construire sur des bases illégales et des conflits d'intérêts. Les élus attaqués dénoncent de leur côté des poursuites abusives et clament leur bonne foi. Quant aux promoteurs éoliens, ils ne veulent pas faire les frais de ce qu'ils jugent être avant tout une croisade politique contre l'éolien.

Extrait de l'émission Secrets d'Info | France Inter | 26 septembre 2014