Dernière mise à jour : 17 septembre 2018

Dominique Baucher 15 mai 2018 Dordogne

Éoliennes : dérogations à la législation sur 70 espèces animales protégées !

Lettre à Jean-Pierre Cubertafon, député de la Dordogne.

Pas grave. On a des dérogations
(D’après un dessin de Windtoons.com)

Par Dominique Baucher

Objet : Protection d’oiseaux migrateurs et autres

Monsieur le Député,

Je suis un ancien cadre d’une grande banque d’affaires française, en congé longue maladie, et ai été sollicité pour étudier le business plan projet d’un futur parc éolien sur les communes de Saint-Saud-Lacoussière et Saint-Jory-de-Chalais en Périgord Vert.

À l’occasion de quelques jours de repos chez ma Maman j’ai pu constater le silence qui règne au sein du village de Saint-Saud-Lacoussière !

Je suis un pro EnR mais tout en respectant les spécificités régionales, naturelles, géographiques, climatiques, humaines et la faune.

Et bien évidemment dans le respect des deniers publics, des contribuables et consommateurs.

Alors que cette région qui est en moyenne 30 % moins ventée que le reste du territoire national, un projet éolien de la filiale d’une GMBH allemande avec des éoliennes de 200 mètres d’envergure, va s’implanter grâce à l’entêtement des Maires des communes concernées et à la mise en place d’un concours bancaire dénommé « Financement de Projet » reposant sur un investissement financé par l’endettement (en somme un LBO simplifié) qui n’est rentable que grâce au tarif subventionné et non solvable les 5 premières années (pas de paiement à l’IS) et ensuite enfin solvable, et quid au terme des 15 à 20 ans ou si Bercy change le deal.

Les Édiles de ces 2 communes et la Société Abo Wind œuvrent dans la désinformation pour l’installation de cette ferme éolienne.

Pourquoi ce futur parc éolien sis en parc naturel régional du Périgord Limousin serait aussi destructeur d’oiseaux dont la huppe fasciée qui chaque année vient procréer (plusieurs couvées en centre ville de Saint-Saud-Lacoussière), la grue cendrée qui chaque année emprunte le passage migratoire sur ces villages (Miallet, Saint-Saud-Lacoussière et Saint-Jory, etc...) et fait halte sur les étangs pour se ressourcer ?

Pourquoi choisir le Parc Naturel Régional du Périgord Limousin qui est un espace propice aux passages d’oiseaux migrateurs protégés ?

Pourquoi cette ferme éolienne serait aussi près d’une réserve ornithologique située sur la commune de Miallet ?

Pourquoi le site de la commune de Saint-Saud-Lacoussière n’est pas classé en zone protégée, alors que sur l’étang communal, publicité est faite pour informer les touristes et estivants de ces oiseaux ?

Pourquoi ces municipalités n’ont pas étudié le photovoltaïque pour équiper leurs bâtiments municipaux ?

Pourquoi le Périgord Vert qui est arrosé par la Dronne, le Bandiat, l’Auvezere et l’Isle ne fait pas l’objet d’étude(s) EnR du réseau hydrographique ?

Pourquoi une région autant boisée ne fait pas l’objet d’un développement EnR de la filière bois ?

Pourquoi ces municipalités ne montrent pas l’exemple en installant une borne électrique en centre ville, car le déplacement quotidien de la majorité des ruraux est inférieur à 100 km ?

Aussi je me permets de vous joindre la demande d’autorisation de destruction de la faune sauvage et la liste est longue.

Une réponse de votre part me serait agréable.

Je vous remercie par avance de votre diligence.

Cordialement,

Monsieur Dominique Baucher

Demande de dérogation à la législation sur 70 espèces animales protégées
Lettre de Dominique Baucher à Jean-Pierre Cubertafon, député de la Dordogne — 15 mai 2018