Dernière mise à jour : 18 juillet 2018

Contrepoints 8 juillet 2018 France

Des incohérences dans le discours de Nicolas Hulot

« Nicolas Hulot nous a roulé dans la farine avec la consultation citoyenne sur la PPE, car les conclusions étaient déjà préconfigurées, avec la complicité du SER, sans chiffrage des coûts directs et indirects, ce qui confirme l’amateurisme de Nicolas Hulot. »

Nicolas Hulot
Nicolas Hulot, ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire. (photo : Damien Senger CC BY-NC-ND 2.0)

Par Jean-Pierre Bardinet
Ingénieur ENSEM Nancy (École Nationale Supérieure d’Électricité et de Mécanique)

Jean-Pierre Bardinet
Jean-Pierre Bardinet

Nicolas Hulot veut défendre l’environnement mais on relève plusieurs contradictions dans ses prises de position.

Les incohérences de Nicolas Hulot : il veut réduire nos émissions de CO2. Et réduire le nucléaire qui n’en produit pourtant pas, car il est, avec l’hydraulique, le seul moyen de production vertueux en bilan carbone.

Les incohérences de Nicolas Hulot : il veut développer inconsidérément les EnR intermittentes et réduire nos émissions de CO2, alors que les EnR ont un mauvais bilan carbone, à cause des centrales thermiques en support permanent pour équilibrer le réseau de transport.

Les incohérences de Nicolas Hulot : il veut sauver la gent ailée mais veut installer des dizaines de milliers d’éoliennes tueuses d’oiseaux et de chauves-souris

Les incohérences de Nicolas Hulot : il croit que le CO2 est un polluant et oublie qu’il est gaz de la Vie (photosynthèse) et fait reverdir la planète. Son action sur la température est une hypothèse préconfigurée dans les statuts du GIEC, non prouvée scientifiquement.

Les incohérences de Nicolas Hulot : il veut lutter contre l’artificialisation des sols, mais il veut et favorise l’implantation de 20 000 éoliennes terrestres, donc de 20 000 socles de béton armé de 1 500 tonnes chacun, qui ne seront jamais enlevés des sols.

Les incohérences de Nicolas Hulot : il croit que la demande d’électricité pourra être satisfaite par les EnR intermittentes, aux faibles facteurs de charge : 14% pour le solaire et 20% pour l’éolien, et qui ne sont ni pilotables ni compétitives.

La consultation sur la PPE

Nicolas Hulot nous a roulé dans la farine avec la consultation citoyenne sur la PPE, car les conclusions étaient déjà préconfigurées, avec la complicité du SER (syndicat des énergies renouvelables, Président Jean-Louis Bal, champion du racket des ménages), sans chiffrage des coûts directs et indirects, ce qui confirme l’amateurisme de Nicolas Hulot, du gouvernement et de RTE, car aucun des 5 scénarios présentés par RTE n’a été chiffré.

Cette consultation publique sur la PPE a été une mascarade de démocratie participative. Voici les propos de Mr Hulot, recueillis par Le Figaro : « Nous avons bâti notre stratégie de transition énergétique » et « La montée en puissance des énergies renouvelables est devenue irréversible, et cela va s’accélérer ».

Je n’ai du reste eu aucune réponse à ma question, fort dérangeante au demeurant pour la Pensée Unique hulotienne :

Compte tenu du bilan négatif des EnR intermittentes, non pilotables, ne satisfaisant pas aux standards d’une production rationnelle d’électricité, aux faibles facteurs de charge (14% pour le solaire et 20% pour l’éolien), aux mauvais bilans carbone (indirectement), à la faible densité énergétique, avec un impact néfaste sur la biodiversité et la santé publique, pourquoi voulez-vous les développer à marche forcée, sans tenir compte des expériences malheureuses de l’Espagne, de l’Allemagne et du Danemark, tout comme celle, catastrophique, de la Région Sud de l’Australie ? (ppe.debatpublic.fr/node/4142)

Je tiens à souligner que le site de la consultation PPE a été bien construit, ouvert aux contributions les plus diverses, et les contributions ont été, en général, d’un bon niveau. Malheureusement les décisions semblaient avoir été déjà prises…