Dernière mise à jour : 16 octobre 2017

Marianne 16 novembre 2016 France

Face à Bruxelles, protégeons nos barrages, "l’or bleu" de la France

« Alors que la production électrique française était la moins polluante du monde, on a forcé EDF et les consommateurs à financer à outrance des nouvelles énergies dont notre pays n’avait pas besoin. »

Barrage

Par Nicolas Dupont-Aignan,
Député de l'Essonne et président de Debout la France,
Candidat à l’élection présidentielle de 2017

Nicolas Dupont-Aignan
Nicolas Dupont-Aignan

La France a été une nouvelle fois mise en demeure par la commissaire européenne à la Concurrence de retirer la gestion de 50 barrages hydro-électriques à EDF et à GDF-Suez, au nom de « la libéralisation du marché électrique européen ». La Commission Européenne continue d’assurer la tyrannie des multinationales et des banques contre les consommateurs et l’intérêt général…

Voici quelques jours, la France a été une nouvelle fois mise en demeure par la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, de retirer la gestion de 50 barrages hydro-électriques à EDF et à GDF-Suez (devenue depuis Engie) au profit de leurs concurrents afin de parfaire « la libéralisation du marché électrique européen ». 150 autres barrages devront subir le même sort d’ici 2023.

Pire encore, la Commission Européenne veut interdire à des groupes français, dont EDF, de postuler à leur propre succession pour garantir la « concurrence libre et non faussée » ! Les multinationales auraient-elles peur de l’excellence du champion français ?

Ces ouvrages, construits avec les impôts et les factures des Français, sont amortis financièrement depuis des décennies. Ils produisent une énergie peu chère dans des conditions de sécurité optimales. Autrement dit, ils sont une proie de choix pour des financiers avides de profits sans risque !

Alors que la privatisation des autoroutes s’est révélée, d’après la Cours des Comptes elle-même, un pillage des contribuables et usagers français, la Commission Européenne continue d’assurer la tyrannie des multinationales et des banques contre les consommateurs et l’intérêt général.

Les barrages français fonctionnent parfaitement et sont bien gérés. Ils sont la meilleure source d’électricité renouvelable disponible, dont le coût et la production sont maîtrisés. Contrairement aux éoliennes et au solaire, la production hydro-électrique module son rendement selon les besoins réels du réseau national. Mieux encore, la retenue d’eau est le seul moyen actuel de stocker de l’électricité au jour le jour ! Quand le réseau a besoin de courant, on peut lâcher « l’or bleu » et intensifier la production ; quand le réseau dispose de trop d’électricité, les pompes renvoient de l’eau dans la retenue pour être utilisée plus tard.

Un barrage n’est pas un ouvrage comme un autre. Le lac artificiel qui est créé joue un rôle clé dans l’écosystème et l’économie locale. C’est une ressource rare et précieuse qu’il faut gérer de manière collective et raisonnable. C’est aussi un risque et un danger potentiel. Derrière la retenue d’eau paisible et la solidité du béton, ce sont des millions de litres d’eau qui, faute d’un entretien sérieux et d’une gestion désintéressée, peuvent dévaster une vallée. En 1963, la barrage italien de Bajont, mal conçu, a laissé échapper deux vagues qui ont emporté près de 2000 innocents.

Depuis maintenant 20 ans, la privatisation des marchés électriques européens est le symptôme de l’idéologie absurde et destructrice qui anime les technocrates de Bruxelles. La France a été sa cible principale et les dégâts sont terribles.

En 1996, quand l’Union Européenne décide de libéraliser la production et la distribution de l’électricité dans tous les états-membres, EDF-GDF était un fleuron national qui remplissait à merveille les missions que lui avaient confiées les gouvernements de l’Après-Guerre.

L’électricité française était l’une des moins chères et les plus propres du monde grâce à l’alliance de la production nucléaire et des barrages hydroélectriques. On ne le dit jamais, mais la France est le seul pays au monde à avoir respecté les engagements du protocole de Kyoto en baissant ses émissions de CO2 uniquement grâce à son modèle électrique.

EDF disposait également d’un réseau de distribution fiable, d’une connaissance parfaite du terrain et assurait une qualité de service homogène sur tout le territoire. L’entreprise n’était pas parfaite et devait améliorer la rigueur de sa gestion opérationnelle, notamment certains abus catégoriels, mais son modèle était le bon.

Plutôt que de s’inspirer ou au moins, de respecter, ce modèle français, la Commission Européenne l’a cassé avec la complicité des dirigeants français, droite et gauche confondues.

Ainsi en 2002, je suis l’un des seuls députés français à m'être frontalement opposé au traité de Barcelone en 2002, qui a marqué une nouvelle étape du fanatisme de Bruxelles, à savoir la privatisation systématique des services publics en faveur des multinationales.

EDF a été l’une des premières cibles. On l’a privatisée pour la couper en morceaux, en séparant la production d’électricité (les centrales électriques), le réseau de transport électrique (les lignes Haute Tensions), la distribution de l’électricité (le réseau qui amène le courant chez le consommateur) et la distribution d’électricité.

Les nouveaux concurrents d’EDF, Poweo ou Direct Energie, n’ont jamais souhaité investir dans des nouveaux moyens de production. Alors l’Union Européenne a obligé EDF à vendre à ses concurrents à prix coûtant 25% de l’électricité qu’elle produisait avec ses centrales nucléaires ! Ainsi, ce sont les impôts et les factures des Français investis dans les centrales nucléaires et les barrages hydroélectriques qui ont financé la fourniture au rabais de l’électricité que des entreprises privées pouvaient ensuite revendre avec leur marge ! Il ne s’agit ni plus ni moins d’un pillage organisé d'un bien public au bénéfice d’intérêts privés.

Ces pseudo-réformes n’ont pas rapporté un centime aux consommateurs. La multiplication des structures, la surenchère publicitaire pour attirer des nouveaux clients et bien sûr la recherche du profit ont engendré des coûts nouveaux sans jamais permettre d’économies. Bien au contraire, la libéralisation du marché électrique a supprimé les économies d’échelle du monopole historique.

Depuis 1996, le résultat est sans appel, la facture électrique des ménages français a augmenté de plus de 25% alors que l’augmentation annuelle n’était que de 5% sur la décennie précédente !

Considérablement affaiblie par le fanatisme de Bruxelles, EDF a également dû financer les subventions délirantes attribuées au développement des éoliennes et des panneaux solaires en France. Alors que la production électrique française était la moins polluante du monde, on a forcé EDF et les consommateurs à financer à outrance des nouvelles énergies dont notre pays n’avait pas besoin.

Au bout de 20 ans, le groupe EDF a été si fragilisé qu’on s’interroge aujourd’hui sur sa capacité financière pour investir dans le renouvellement et la création de nouvelles centrales ! Conscient du scandale à venir, le gouvernement socialiste a proposé une demi-mesure à la Commission Européenne : offrir à bas prix 25% de l’électricité produite par les barrages aux concurrents d’EDF et d’Engie ! Une nouvelle soumission qui en dit long sur ceux qui nous gouvernent.

L’incompétence de nos dirigeants et la corruption qui gangrène la Commission de Bruxelles ont fragilisé ce que des générations de Français avaient réussi à construire. Ils menacent aussi l’avenir car ce sont les profits assurés par les investissements réussis du passé qui peuvent financer les dépenses indispensables de l’avenir.

Il n’y a rien à négocier avec les barrages français. Ils ont été payés par les Français, ils appartiendront aux Français. Point final.

Président de la République, je prendrai des mesures simples et fortes pour remettre le marché de l’électricité au service de l’intérêt général :

  • Sanctuariser les biens publics payés par les Français et utiliser les bénéfices qu’ils produisent pour les investissements d’avenir.
  • Consolider un nouveau champion français de l’électricité, par une association étroite entre EDF et Engie (ancien GDF Suez).
  • Supprimer les taxes qui pèsent sur le consommateur pour financer les énergies non rentables (160 euros par foyer en moyenne).
  • Utiliser l’excellence électrique français pour baisser notre dépendance au pétrole et au gaz (entre 40 et 60 milliards d’euros de facture par an), notamment par la voiture électrique.
  • Renégocier de fond en comble les traités européens pour cesser l’ingérence de la Commission Européenne dans les affaires des Nations ou rompre unilatéralement avec cette politique.
  • Faire une Europe des projets qui permettent d’avancer dans le développement de nouvelles formes d’énergies (énergies maritimes, nucléaire propre, biocarburant, panneau solaire à haut rendement, filière hydrogène, etc).
Tribune de Nicolas Dupont-Aignan dans Marianne — 16 novembre 2016