Dernière mise à jour : 25 juin 2017

Enquête & Débat9 décembre 2014BelgiqueBelgique

Les éoliennes nous donnent-elles de l’énergie ?

Il y a presque tout le temps assez de vent pour qu’une éolienne tourne mais sans produire d’électricité. Ces grosses et belles machines font illusion et c’est la raison pour laquelle elles sont admises par les citoyens qui se veulent « écolos ».

Claude Brasseur
Claude Brasseur

Par Claude Brasseur,
mathématicien, chercheur, et fondateur d’un centre de recherche sur les énergies renouvelables

Drôle de question ! Si on les installe, c’est évidemment parce qu’elles produisent de l’énergie. Mes éoliennes de pompage à Lubumbashi pompaient au moindre souffle des vents alizés.
Les moulins à vent hollandais continuent à pomper l’eau des polders à chaque coup de vent et un peu partout des moulins nous ont fourni notre farine pendant des siècles… et maintenant on veut faire produire de l’électricité par des moulins à vent gigantesques. Le problème, c’est que tourner suffit pour pomper de l’eau ou écraser du blé mais non pour produire de l’électricité en masse.

Pour produire de l’électricité, il faut une vitesse de vent de 40 Km par heure alors que 10 Km par heure suffisent pour pomper de l’eau.

Pourquoi faut-il une plus grande vitesse pour produire de l’électricité que pour pomper de l’eau ? Tout simplement parce que la fonction de pompage est directe et que ce pompage peut se faire à n’importe quel moment. De plus, pour pomper on n’a pas besoin de beaucoup d’énergie tandis que les besoins en électricité sont si gigantesques qu’on arrive vite à une situation absurde.

Ainsi, il y a presque tout le temps assez de vent pour qu’une éolienne tourne mais sans produire d’électricité. Ces grosses et belles machines font illusion et c’est la raison pour laquelle elles sont admises par les citoyens qui se veulent « écolos ».(1)

On devrait pouvoir placer une lampe rouge au sommet d’une éolienne, lampe qui s’allume dès qu’elle produit plus d’un dixième de sa puissance. (2) Un dixième, ce n’est pas beaucoup… La lampe ne s’allumera pas 50% du temps et l’éolienne tournera presque 100% du temps…. Imaginons aussi une lampe verte et qui s’allume quand l’éolienne donne la puissance pour laquelle a été construite – puissance pour laquelle nous payons la machine – cette lampe verte s’allumera 1% du temps. Le reste du temps – 99% du temps donc – des centrales thermiques souples mais très polluantes doivent compléter les éoliennes.

Cette situation est absurde : en aucun cas l’électricien ne recherche l’apport de l’électricité éolienne mais il ralentit ou coupe ses centrales thermiques dès que les éoliennes tournent à bon régime. La loi l’y oblige. Sans cette loi, jamais un Kw éolien ne serait sur le réseau… Inutile d’expliquer pourquoi les centrales qui accompagnent les éoliennes doivent être souples : il suffit d’observer le vent. Il varie tout le temps ! Inutile aussi de préciser que ces centrales qui s’arrêtent et redémarrent à n’importe quel moment – un peu comme des voitures en centre ville – polluent nettement plus que des centrales « sur autoroute »…

Avec des centrales fossiles haute performance mais pas souples on polluerait au total beaucoup moins qu’avec des éoliennes + centrales souples. Le Danemark et l’Allemagne en sont arrivés à avoir des centrales au charbon accompagnant leurs éoliennes et polluent chaque jour plus… à cause des éoliennes ! Est-ce un exemple à suivre ?

(1) Cette « écologie » ne demande aucun effort personnel. En Belgique il est même possible à un « écolo » de faire payer son électricité par ses concitoyens via le canal des « Certificats Verts »…

(2) J’ai plusieurs fois proposé cette idée. Un promoteur s’est montré intéressé… jusqu’à ce qu’il comprenne et il n’a plus réagi.