Dernière mise à jour : 14 mai 2019

Claude Brasseur 13 avril 2019 Belgique

Lettre ouverte à toutes les personnes responsables de notre pays

« J’ai lu dans la presse que l’éolien ne produirait que 11 ou 12 g de CO2 par kWh, et une question m’est venue : quel est le citoyen acceptant de se contenter d’énergie éolienne ? »

Lettre ouverte

Par Claude Brasseur, mathématicien astronome, chercheur et fondateur d’un centre de recherche sur les énergies renouvelables — brasseurvossen@skynet.be

Claude Brasseur
Claude Brasseur

Madame, Monsieur,

L’hypocrisie « verte », coûteuse et polluante me fait peur.

J’ai lu dans la presse que l’éolien ne produirait que 11 ou 12 grammes de CO2 par kWh, et une question m’est venue : quel est le citoyen acceptant de se contenter d’énergie éolienne ?

Les éoliennes tournent l’équivalent de 15 % à 20 % du temps ! Qui veut s’en contenter ?

80 % à 85 % du temps, on compte, non sur le nucléaire aussi propre qu’elles, mais sur des centrales à gaz à turbine souples qui ont un rendement de 40 %, donc polluantes ! (En Allemagne, les centrales sont au charbon ou carrément au lignite et leur pollution nous atteint quand le vent vient d’est. L’Allemagne pousse l’hypocrisie jusqu’à installer des centrales à biomasse un peu moins polluantes que les centrales au charbon... privant de nourriture des populations pauvres !).

Bref, si on ne veut pas de l’électricité éolienne dont le voltage varie sans cesse de tout à rien, on doit compter sur l’ensemble éoliennes-centrales à simples turbines et alors la pollution totale est pire que si on avait les centrales à turbine gaz-vapeur seules dont le rendement est de 60 % mais qui ne sont pas assez souples pour pouvoir relayer les éoliennes.

Et deux questions peuvent être posées :

  1. Acceptez-vous un courant éolien qui varie de minute en minute entre zéro et 230 volts, le plus souvent zéro ?
  2. Acceptez-vous de vous instruire pour apprendre et comprendre que le nucléaire de 4e génération, issu de MYRRHA par exemple, est propre, sans danger, dispose de carburant pour des milliers d’années (entre autres les déchets du nucléaire actuel !)... infiniment moins coûteux à la longue que les autres systèmes proposés ?

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, avec mes remerciements pour votre attention et aussi pour les questions scientifiques que vous voudrez me poser, l’expression de ma haute considération,

Claude Brasseur
78, rue de Humain
5580 Rochefort
Belgique
brasseurvossen@skynet.be

Lettre ouverte de Claude Brasseur — 13 avril 2019