Dernière mise à jour : 25 juin 2017

Le Nouvel Observateur5 octobre 2014FranceFrance

Révolte et morts suspectes autour des champs d'éoliennes mexicains

Les habitants n'ont pas été consultés avant l'implantation des éoliennes. Certaines sont à 50 mètres des maisons !

Réalisation : Camille Lavoix

Reportage du Nouvel Observateur (réalisation : Camille Lavoix)

Transcription de la voix off :

Ce parc d'EDF fait partie de la quinzaine de parcs éoliens de Juchitán. Aujourd'hui, on compte 1600 éoliennes dans cette région du Mexique, un chiffre qui devrait doubler d'ici à 2020. Juchitán serait alors le plus grand parc éolien d'Amérique latine avec la plus grande concentration du monde d'éoliennes. Un record qui provoque le mécontentement des indigènes qui accusent les entreprises européennes et l'État mexicain de torture et d'assassinat. Selon ces locaux, le projet éolien leur est imposé à n'importe quel prix, violant les normes internationales et les droits de l'homme. Alors l'énergie éolienne est-elle vraiment propre ? Les indigènes de la région et le directeur du parc éolien EDF nous répondent.

La proximité avec les maisons, l'absence d'information et de consultation des indigènes, pourtant obligatoire au Mexique, n'est pas le seul problème. Les salaires des techniciens mexicains embauchés sur les parcs éoliens sont dérisoires. Ce technicien d'EDF affirme, sous couvert d'anonymat, recevoir 4000 pesos, soit 225 euros nets par mois, un salaire extrêmement bas, et d'autant plus si l'on considère les risques du métier.

Rodrigo Flores Peñaloza, activiste écologiste, dénonce quant à lui l'impact de la forte concentration d'éoliennes sur l'environnement.

De plus, 12 millions d'oiseaux migrateurs de 453 espèces passent par Juchitán, l'une des routes migratoires les plus importantes du monde. Selon une étude de la Banque mondiale en 2011 : sur 98 éoliennes, 6000 chauves-souris et 3900 oiseaux sont morts au moins. Un problème qui est dupliqué par la densité élevée des éoliennes et que le directeur du parc EDF ne nie pas.

L'une des revendications majeures des indigènes, est le non-respect de la loi stipulant que les entreprises doivent les consulter avant d'implémenter un projet sur leur terre. Nous avons demandé au directeur d'EDF à Juchitán, pourquoi les indigènes n'ont pas été consultés.”

Reportage du Nouvel Observateur (réalisation : Camille Lavoix)