Dernière mise à jour : 21 août 2017

« Je suis donc obligée, à 64 ans, de partir avec couettes, oreiller, mes chaussettes pour aller dormir ailleurs à au moins 5 kms de mon lit, recroquevillée sur une étroite banquette de petite voiture pas conçue comme un camping-car ! »

Ghislaine Siguier23 mai 2014Poitou-Charentes

Éoliennes à 1 km : « je suis obligée d'aller dormir ailleurs »

Témoignage envoyé à la sénatrice Hélène Lipietz, en réponse à sa question écrite au Sénat français sur les distances entre le lieu d'implantation d'une éolienne et des habitations.

Madame la Sénatrice,

Etonnée et agréablement surprise qu’une élue verte se soucie de l’impact éolien contre lequel il faut savoir garder bouche fermée au nom du progrès.

J’habite à 1020 m env. de 2 éoliennes d’un parc qui en compte 4, les 2 autres sont plus éloignées. Les premières maisons de Péré (17700) sont à 720 m. Les machines sont implantées à l’ouest.

Malgré nos remarques sur l’emplacement (terrains des élus ayant voté pour le projet !), le commissaire enquêteur a donné un avis favorable, et le préfet (Bernard Tomasini) a signé le PC avec plus de 5 mois de retard ! Ceci juste pour placer le contexte géopolitique de cette belle affaire.

Ceux qui ont pu ont déménagé. Les autres doivent supporter ces bruits de machine à laver permanents.

Personnellement je souffre de sifflement aigü dans l’oreille droite et de bourdonnements dans l’oreille gauche. S’ajoutent des sortes de bruits dans ma tête, que je qualifie, faute de mieux de décharges électriques.

Je suis donc obligée, à 64 ans, de partir avec couettes, oreiller, mes chaussettes pour aller dormir ailleurs à au moins 5 kms de mon lit, recroquevillée sur une étroite banquette de petite voiture pas conçue comme un camping-car !

A l’automne 2012 je suis tombée brutalement sur la chausse en promenant mon chien. Le chien était innocent, sinon je serais tombée sur l’herbe = nez cassé. Examens cardiaques ne révélant aucune anomalie, ne fumant ni ne buvant, il ne peut s’agir que de troubles de l’oreille interne ou du manque chronique de sommeil. Nous étions en effet depuis 3 semaines sous vents d’ouest dominants avec beaucoup d’humidité. Situation infernale. Rien d’extraordinaire à ce que les vents d’ouest soient les plus fréquents et que l’humidité revienne chaque automne, hiver et souvent printemps. Arguments que personne n’a voulu prendre en considération à l’époque.

Le commissaire enquêteur a encaissé son argent, le préfet est monté en grades, nos élus se sont enrichis et tout est bien dans le meilleur des monde. Le maire et ses acolytes n’ont pas été capables de gérer ce parc dans l’intérêt de la population, le prometeur a vendu sa maison dès la 1ère machine implantée, le gestionnaire n’a cure de nos courriers… bref nous sommes démunis, abandonnés de tous. Peu importe que des populations soient sacrifiées et méprisées.

Je suis une écolo viscérale de plus de 40 ans (voté pour René Dumont) et je ne comprends pas que ceux-ci (excepté Antoine Waechter) se soient laissés acheter par les lobbys éoliens ! On entend plus parler que de transition énergétique en ne prenant en compte que la production électrique, et en oubliant, ce qui est bien pratique, l’utilisation quotidienne de nos véhicules et de donc de carburant fossile. Il faut construire des avions de plus en plus importants, et des voitures, et des camions alors que c’est ce qui produit le plus de gaz à effets de serre. Mais les taxes remplissent les caisses de l’Etat, alors motus, combattons donc l’électricité. Lorsque nous serons sourds, voire déments précocément, nous ne conduirons plus et ce sera toujours ça de gagné ! Autant nous tuer directement !

Merci, Madame la sénatrice de prendre ce message en compte pour tenter d’obtenir des normes par rapport aux distances d’implantations. 6 kms est un minimum, selon mon expérience par rapport à des machines de 2MW de 100 mètres de H + 35 mètres de pales, sans boîte de vitesse (Enercon E 66) réputée moins bruyantes !!!

Siguier Ghislaine”

Témoignage de Ghislaine Siguier, envoyé à la sénatrice Hélène Lipietz