Dernière mise à jour : 21 août 2017

Jacqueline21 mai 2014Maine-et-Loire, France

Éoliennes : « Ce souffle cadencé devient obsédant et s’imprime dans notre mémoire. »

Témoignage envoyé à la sénatrice Hélène Lipietz, en réponse à sa question écrite au Sénat français sur les distances entre le lieu d'implantation d'une éolienne et des habitations.

Les éoliennes d'Antoigné
Les éoliennes d'Antoigné

À Antoigné, 4 éoliennes à 1200 m de notre habitation.

Tout d’abord merci infiniment, Madame la Sénatrice, d’avoir posé cette question qui fait toujours et encore polémique. Nous sommes victimes de ces machines géantes qui pourrissent notre vie.

De jour et encore plus fort de nuit, leur bruit, par vent « propice », est insupportable. Ce souffle cadencé devient obsédant et s’imprime dans notre mémoire.

Les nuisances sonores récurrentes se manifestent, avec plus d’intensité, lorsque le vent vient de l’Est, (ou Nord-Est, ou Sud-Est) et lorsque les éoliennes tournent à plus de 13-15 tours/mn, en ce qui concerne notre hameau de Lernay. Il en est de même pour les autres hameaux de la commune, toujours selon la puissance et l’orientation du vent.

Faut-il vivre portes, fenêtres et volets clos ? Mais, même de cette façon, le bruit est encore présent !

À 500 m, le bruit est toujours là. Nous l’avons constaté. C’est un enfer pour les riverains concernés.

Demander une distance minimale des habitations de 1500 m, pour l’implantation de ces machines est vraiment le souhait que nous pouvons formuler.”

Jacqueline

Témoignage de Jacqueline, envoyé à la sénatrice Hélène Lipietz