Dernière mise à jour : 22 novembre 2017

Centre Presse 3 octobre 2017 Vienne

Éoliennes : « Que fait-on du principe de précaution ? »

« Le scandale principal : la santé publique, les sons à basse fréquence portent très loin (de 2 à 10 km), perturbant l’oreille interne, provoquant déséquilibre, perte de sommeil, irritabilité, maux de tête, nausées et vertiges. »

Les éoliennes sont un problème de santé publique.

Hugues Hervouët, habitant de Château-Garnier, est opposé aux éoliennes. Il explique pourquoi.

Nous avions déjà les éoliennes de Brion, ensuite celles de Château-Garnier La Chapelle Bâton, puis c’est celles de Saint-Secondin dont Monsieur Moïse Baudiffier se fait le héraut en montrant son mépris de la santé publique !

Cardiaque, (3 infarctus, 1 AVC), outre des dérèglements de ma pile-défibrillateur, mon épouse, moi-même et d’autres personnes de Château-Garnier, avons un sommeil très perturbé, en particulier entre 2 et 4 heures du matin.

Avant que les éoliennes ne soient implantées, je n’avais pas ces problèmes. Depuis l’extension de celles-ci, le phénomène a empiré ! Il est question d’augmenter le parc éolien.

Monsieur Alban d’Arguin, auteur récent de « Eoliennes, un scandale d’État » en fait une admirable synthèse.

Le scandale principal : la santé publique, les sons à basse fréquence portent très loin (de 2 à 10 km), perturbant l’oreille interne, provoquant déséquilibre, perte de sommeil, irritabilité, maux de tête, nausées et vertiges. Où est le principe de précaution, alors que dans les autres pays la distance minimale est de 1 500 m (500 m en France) ?

La rentabilité économique ne l’est que pour les promoteurs étrangers : Allemagne, Danemark et Chine. Ils ont la garantie d’EDF, qui est leur seul client, de racheter pendant 15 ans au moins l’électricité produite, alors qu’EDF aurait pu la produire 3 à 4 fois moins cher. La fiabilité n’est pas assurée car l’électricité produite n’est pas stockable (sans vent, pas d’électricité, donc compensation par des centrales thermiques ou nucléaires).

A qui rapporte le crime ? Au propriétaire du terrain sur lequel elles sont implantées : 7 000 à 8 000 € par éolienne. Et s’il n’habite pas sur le terrain, c’est encore mieux !

Enfin, le dernier volet est celui de la corruption ! Prises illégales d’intérêt (propriétaires de terrains ou de leur famille également élus, fréquent en zone rurale). Tous les usagers contribuent à payer les primes versées aux promoteurs éoliens (voir factures d’électricité : taxes et contributions). Si l’État supprime ces taxes, l’éolien disparaîtra de lui-même.

Par quoi peut-il être remplacé ? Le réacteur nucléaire à sels fondus ! Le principal avantage étant de réduire les déchets et même de supprimer les déchets (voir les recherches du CNRS de Grenoble).

Donc, des solutions pour une économie energétique existent, seule manque la volonté politique. Les consciences se forment, les connaissances augmentent, mais cela n’arrivera-t-il pas trop tard ? »