Dernière mise à jour : 22 novembre 2017

Témoignage de C. T. 19 juillet 2017 France

Les éoliennes détruisent la vie des gens

Maman, par exemple, est riveraine, 24 h sur 24, (maman a 80 ans) d’une usine éolienne depuis 3 mois, elle habite à 500 mètres. Jusqu’à une semaine, elle les entendait le soir et le matin. Depuis 6 jours, elle souffre de symptômes perturbants pour elle.

« Ce qui l’empêche de trouver le sommeil, ce sont des bruits qui ressemblent à des bouillonnements. »

Témoignage de C. T. – 19 juillet 2017 :

Tous ces scandales, maladie de Creutzfeldt-Jakob, huiles frelatées, tous ces scandales qui dans certains cas, hélàs tuent des gens, ont tous au cœur la cupidité, l’argent et toujours l’argent, salement gagné.

Les éoliennes détruisent la vie des gens. Maman, par exemple, est riveraine, 24 h sur 24, (maman a 80 ans) d’une usine éolienne depuis 3 mois, elle habite à 500 mètres. Jusqu’à une semaine, elle les entendait le soir et le matin. Depuis 6 jours, elle souffre de symptômes perturbants pour elle.

Cela a commencé par des réveils en pleine nuit avec des bruits qu’elle a du mal à décrire qui font qu’elle se lève et cherche une cause à ces bruits : elle se dit que cela doit être électrique et a peur de brûler dans sa maison, elle craint un incendie. Après avoir fait le tour, elle pense aux éoliennes, va à la fenêtre, constate qu’elles tournent. Maman se recouche, se rendort et est à nouveau réveillée, même scénario. Cela s’est produit deux nuits durant.

Depuis 4 nuits, impossibilité pour elle de dormir. Ce qui l’empêche de trouver le sommeil, ce sont des bruits qui ressemblent à des bouillonnements. Il se trouve qu’elle les entend aussi dans la journée, dans la maison, mais qu’ils sont moins gênants que la nuit.
Ces bruits disparaissent quand elle quitte la maison.

Elle est très perturbée par ces troubles et me dit qu’elle ne pourra rester dans cette maison si cela continue.

J’ai appelé ce matin le médecin traitant pour lui expliquer les symptômes. Rendez-vous est pris dès notre retour de vacances, à moins que ses oreilles n’aient été dépolluées pendant notre séjour.

C’est très curieux et fort fâcheux.

Cordialement,

C. T.